photo-les-Rives.jpg

Bab-el-med, Muzzika mai 2012

FRANCIS VARIS, Bach

Suites pour violoncelle 1,5 et 6, Socadisc

L'accordéoniste Francis Varis en état de grâce avec ses Suites de Bach, sa nourriture sprituelle quotidienne...

J'ai en tendu - et vu jouer! - Francis Varis pour la première fois lors de mon premier concert de Titi Robin, dans une commune au Sud de Paris, il y a cinq ou six ans. J'avais été totalement émerveillée par le jeu d'accordéon de cet artiste, les sons incroyablement subtils qu'il parvenait à tirer de cet instrument, qui devenait aérien et léger sous ses doigts, et d'une rare intensité... Bref, ce concert avait été une double rencontre musicale: avec Titi Robin, et avec celui qui l'accompagne à l'accordéon depuis 15 ans!

Voici Francis Varis pour la première fois dans un disque en solo - pour les Suites de Bach, qu'il joue chaque matin que Dieu fait, à l'aube, ainsi que le raconte dans le livret Titi Robin, que Francis Varis accompagne dans ses tournées de par le monde: "Chaque matin, dans un nouvel hôtel, dans une nouvelle capitale, on reconnaît, venant d'une chambre proche, la poésie dense et sereine du cantor de Leipzig, à travers le souffle de l'accordéon de notre compagnon Francis Varis. C'est ainsi depuis des années, notre Bach bien aimé comme voyageur clandestin, sans passeport, quels que soient les rivages, la couleur du ciel, nous éveille à l'aube... musique pure".

Et Francis Varis explique à son tour: "Je commence toutes les journées où je le peux en jouant les Suites pour violoncelle... Depuis tout jeune elles m'émeuvent! L'épure, l'intimité, le silence, l'espace à l'intérieur même de la musique concourent à ce mélange - miraculeux - de liberté et de sérénité qui est ma meilleure définition de la Grâce".

Il y a deux ans, Richard Galliano nous livrait, accompagné de musiciens classiques, sa vision de Bach à l'accordéon. Francis Varis nous offre une autre lecture, où l'accordéon remplace le violoncelle comme instrument solo. Un magnifique hommage à la fois au grand Bach, et à cet instrument que certains méconnaissent et appellent injustement "populaire", mais qui peut pourtant s'élever - on le voit ici - à des sommets de noblesse et de spiritualité...

Nadia Khouri-Dagher